samedi 6 novembre 2010

Comment sera-t-on soigné dans les Hautes-Pyrénées ?


Publié le 06/11/2010 03:49 - Modifié le 06/11/2010 à 13:17 Ar. P.
Comment sera-t-on soigné dans les Hautes-Pyrénées ?
santé



Mme Laffont, le docteur Robert et Christine Ungerer présentent la conférence de territoire./ Photo DDM, Laurent Dard.




Comment, où et par qui seront soignés les Bigourdans ? Une fois n'est pas coutume, les usagers sont consultés au même titre que les médecins et les professionnels de la santé sur la future organisation sanitaire du département. Les questions, nombreuses, vont être posées au sein de la conférence de territoire qui a été installée hier, à Tarbes, par Christine Ungerer, directrice stratégique de l'agence régionale de santé. Le docteur Robert, président de l'ordre des Médecins, a été élu président, Rolland Castells, vice-président de cette assemblée locale composée de 50 membres (usagers, médecins, paramédicaux, professionnels médico-sociaux, mutuelle…). Durant deux mois, ils vont plancher sur les besoins de santé et parcours de santé, l'offre de premiers recours, en fait la médecine de ville ; l'offre de soins spécialisés et la santé des personnes âgées et handicapées. Le fruit de ce travail commun alimentera les réflexions en cours sur le projet régional de santé. « Cette conférence de territoire, c'est une forme de démocratie sanitaire. Il faut en faire quelque chose », explique le docteur Robert. Nul doute, par exemple, que la carte hospitalière locale devrait alimenter un riche débat. De même, la présence des médecins généralistes sur l'ensemble du territoire départemental sera abordée. « L'idée-force est de décloisonner pour que l'ensemble fonctionne mieux », résume Christine Ungerer, directrice stratégique de l'agence régionale de santé. « On va faire beaucoup dans le qualitatif », poursuit-elle.

Ces propositions au plus près du territoire seront arbitrées au niveau régional après une analyse de l'impact financier…

« L'objectif est d'améliorer le parcours de soins et la couverture médicale de l'ensemble du département », ajoute le docteur Robert, plutôt optimiste sur l'attractivité des Hautes-Pyrénées. « Nous avons connu un creux il y a cinq ou six ans. Nous sommes parvenus aujourd'hui à une sorte d'équilibre. Il y a autant de médecins qui arrivent que de médecins qui partent », précise le président départemental de l'ordre des Médecins. « Il devrait y avoir un nouveau creux car de nombreux médecins vont partir à la retraite d'ici cinq ans… Mais il y a des jeunes qui arrivent et reprennent des clientèles. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire